COP21 : Accord sur le climat validé

cop21 accord

La conclusion de la COP21

C’est à 19h30, le samedi 12 Décembre que la COP21 2015 s’est  terminée débouchant sur un accord « historique » qui constitue le premier accord universel sur le climat, validé à l’unanimité par les 195 états participants. Ce traité contraignant a pour objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. VITOGAZ FRANCE retranscrit …

Pour faire avancer la lutte contre le changement climatique, la COP21 s’est tenue du 30 Novembre au 12 Décembre 2015 en France. Ce sommet international a eu lieu au Parc des Expositions de Paris-Le-Bourget qui a réuni 195 pays.

Ce pacte entrera en vigueur en 2020 et doit amener à réorienter l’économie mondiale vers un modèle bas carbone faisant place à l’utilisation de ressources plus respectueuses de l’environnement (GPL, énergie renouvelable).

Sur 195 pays, 186 ont prononcé des mesures pour limiter ou réduire leurs émissions de gaz à effet de serre en 2025-2030. Même respectées, nous resterons sur une trajectoire d’un réchauffement de 3°C. Le texte pose donc « un pic des émissions de gaz à effet de serre le plus tôt possible » et « d’entreprendre des réductions rapides ensuite […] afin de parvenir à un équilibre entre émissions » à cause des activités humaines et celles « absorbées par les puits de carbone durant la seconde moitié du siècle ».

Un réexamen tous les 5 ans à la hausse sur les engagements climatiques ainsi qu’un bilan collectif sur les progrès effectués sont programmés.

COP21, limiter le réchauffement à 1,5°C

L’accord confirme la nécessité de limiter la hausse de température globale « bien en-deçà des 2°C » et appelle à « poursuivre les efforts pour limiter la hausse à 1,5°C. Un objectif plus ambitieux que les 2°C demandés au départ. Une victoire pour les zones les plus vulnérables par la montée des océans comme les îles Kiriti, le Bangladesh ou encore de très nombreuses zones côtières.

Aide aux pays en développement revue à la hausse

La promesse des pays développés de verser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 devra être un minimum, appelé à être revu à la hausse en 2025, afin de financer les politiques climatiques des pays en voie de développement et ainsi agir pour la transition énergétique.

Répondre