Nouvelle technologie du propane : Vers une exploitation écologique du gaz de schiste en France ?

exploitation gaz de schiste

Peut-on exploiter les gaz de schiste sans dégrader l’environnement ? Un rapport dirigé par Arnaud Montebourg avait répondu « oui ». Un an plus tard un article publié dans le Figaro relance le débat sur les gaz de schiste dits écologiques.

Gaz de schiste : Rapport d’experts

Après 20 mois de recherche, un rapport sur les nouvelles « technologies d’exploration et d’exploitation » des gaz et huiles de schiste en France, a été réalisé début 2014. Il recommandait l’expérimentation en France d’une technique d’exploitation à base de fluoropropane (propane non inflammable) venue des États-Unis, une alternative à la fracturation hydraulique.

Rappelons que la fracturation hydraulique est une technique très controversée, interdite en France depuis 2011 car elle demande l’utilisation de 10 000 à 20 000 m3 d’eau par puits, 2 000 tonnes de sables et 80 à 330 tonnes de produits chimiques nocifs pour l’environnement et la santé.
On parle désormais d’une technique alternative réclamant l’utilisation du propane, auquel Arnaud Montebourg avait apporté publiquement son soutien lorsqu’il était ministre. Le fluoropropane a l’avantage de ne pas utiliser d’eau et n’est pas inflammable, non nocif pour la couche d’ozone, mais dangereux pour le climat en cas de fuite.

> En savoir plus sur le gaz propane

Le fluoropropane, une technologie inexpérimentée

Bien que, selon le rapport dirigé par l’ancien ministre Arnaud Montebourg relevait que les gaz et pétrole de schiste rehausseraient la croissance économique de la France (création d’emplois, compétitivité industrielle, autonomie énergétique), la gestion politique du dossier est à l’arrêt.

Selon la Ministre Ségolène Royal, cette technique n’a jamais été testée pour fracturer la roche en conditions réelles et considérée comme encore immature. De plus un rapport parlementaire pourtant favorable à l’utilisation du fluoropropane, affirme qu’il s’agit d’une technique particulièrement onéreuse. Enfin, la France est très densément peuplée et pourrait difficilement supporter la construction des puits en grande quantité.

Répondre