Le décret tertiaire pour la rénovation énergétique

Le Décret Tertiaire a fait son entrée dans la loi ELAN (Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique) le 1er octobre 2019.

Le Décret Tertiaire, il concerne qui ?

Rappelons que le « tertiaire » correspond aux activités de commerces, de bureaux, de santé, d’enseignement, d’infrastructures collectives (sports, loisirs, transports), de CHR (cafés/hôtels/restaurants) et tous les E.R.P (Établissement Recevant du Public).

Sont donc concernés, tout ou partie des bâtiments (privés et publics) qui hébergent des activités tertiaires. Mais ce n’est pas le seul critère : la surface au sol cumulée liée à cette activité doit être supérieure ou égale à 1 000 m².

En fonction de leurs périmètres de responsabilité, les propriétaires et les occupants de ces bâtiments doivent mettre en place les actions nécessaires pour remplir les obligations de ce décret. Autrement, ils risquent des sanctions.

Quel genre de sanctions ? Financières bien-sûr mais aussi de notoriété, par la publication des mises en demeure des mauvais élèves sur un site du gouvernement.

Concrètement, il dit quoi ce décret ?

Par ce décret le gouvernement oblige la mise en place d’un plan d’optimisation des performances énergétiques des bâtiments du secteur tertiaire.

  • Pourquoi ce secteur ? Parce que c’est celui qui consomme le plus d’énergie.
  • L’objectif ? Réduire les consommations d’énergie et engager davantage la transition énergétique du pays.

Le plan est simple à écrire : la consommation d’énergie d’un bâtiment tertiaire doit baisser de 40% en 2030, de 50% en 2040 et de 60% en 2050, par rapport à l’année 2010.

Autre date à retenir : en 2021, la plateforme web OPERAT sera en ligne. Dessus, les propriétaires ou occupants de bâtiments hébergeant des activités tertiaires devront y déposer leurs consommations énergétiques. Via cet outil, le gouvernement pourra suivre les consommations de chacun et l’atteinte de leurs objectifs.

Quelques exceptions existent pour les bâtiments de défense, de sécurité civile, de sûreté intérieure, les lieux de cultes et les constructions provisoires de moins de 2 ans. D’autres cas peuvent faire l’objet de demandes d’exception, mais elles doivent être justifiées.

La transition énergétique est plus que jamais au cœur des enjeux. Chez VITOGAZ FRANCE nous sommes engagés aux côtés des services publics (nous sommes membre du réseau FAIRE), pour vous accompagner dans vos projets d’économies d’énergie.

Pour en savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *